Mlle Lenormand, voyante de la Révolution et de l’Empire

Le jeu divinatoire de Mademoiselle Lenormand est utilisé par nombre de cartomanciens et cartomanciennes. Marie-Anne Adélaïde Le Normand, plus connue sous le nom de « Mademoiselle Lenormand » suscite la curiosité… Était-elle voyante ou usait-elle de simples tirages de cartes ? Cet article de blog répond à cinq questions précises la concernant.

Afin de répondre -sérieusement- à ces interrogations, j’ai eu l’honneur d’interroger une spécialiste de la révolution française et l’Empire : Ghislaine Riccio, auteur du livre « Mlle Le Normand, Voyante Sous La Révolution » et de biographies historiques.

Mademoiselle Lenormand était-elle une « simple » cartomancienne ?

Non, on ne peut pas résumer la vie de Mlle Le Normand à la simple cartomancie. Elle possédait un don réel de voyance. Sous la Révolution, quand le régime de la Terreur est entré en vigueur, on enfermait les gens pour tout et n’importe quoi. Mlle Le Normand s’est retrouvée incarcérée. Comme elle n’avait pas d’argent sur elle, elle troquait ses prédictions, sans cartes bien sûr, contre un morceau de savon, un bol de soupe, un peu plus de confort, en somme. Et le bouche à oreille a fait le reste. Un soir, un détenu lui fait parvenir la supplique d’une autre prisonnière inquiète du sort de son époux. Elle donnait juste son nom Rose Tascher de la Pagerie, épouse Beauharnais, née le 23 juillet 1763 à la Martinique. Mlle Le Normand a pris le papier entre ses mains, elle s’est concentrée, une bonne âme lui a prêté, du papier, de l’encre, et voici la réponse fournie : « Votre époux périra de mort violente, vous lui survivrez. Un second hymen est annoncé avec un homme de guerre. Cet homme fera l’admiration de la France. Vous êtes appelée aux plus hautes destinées… » Mlle Le Normand ignorait, ce jour-là, qu’elle venait de répondre à celle qui deviendra sa plus grande bienfaitrice, puis son amie fidèle : Joséphine de Beauharnais.

Mademoiselle Lenormand a-t-elle crée son propre jeu de cartes divinatoires ?

Absolument pas. Mlle Le Normand utilisait le tarot de Marseille, et le jeu révolutionnaire de l’époque qui correspond à notre actuel jeu de 32 cartes. Elle a en revanche inventé plus de 300 façons, combinaisons de cartes. Elle était très matheuse, un comble pour l’époque.

Pourquoi le jeu divinatoire « Le petit Lenormand » porte-il son nom ?

Ce jeu, complètement apocryphe, s’inspire de ses travaux, mais il n’a pas été créé par elle. D’ailleurs il est sorti bien après sa mort.

Appréciait-elle d’autres mancies ?

Absolument. Et ce qu’elle appréciait le plus c’était la nécromancie, le contact avec les défunts restera sa mancie préférée.
Elle utilisait aussi la technique du plomb fondu : on versait ce plomb dans 3 récipients et on faisait l’interprétation des dessins, taches, symboles au bout de 5 minutes.

Quelle était sa réputation sous l’Empire ?

Alors là, elle était double : ses consultants la surnommaient « Madame Vérité » alors que le pouvoir en place la faisait étroitement surveiller, car on soupçonnait son cabinet de la rue de Tournon de n’être qu’un repaire de comploteurs, ce qui était évidemment faux. Napoléon, devenu empereur, interdisait à son épouse de consulter Mlle Le Normand. Et évidemment Joséphine n’obéissait pas. Elle faisait venir sa voyante de nuit, quand son époux était absent. Comme Fouché, ministre de la police veillait, Napoléon le savait, et par voie de conséquence, Mlle Le Normand se retrouvait incarcérée. C’est Joséphine qui a présenté le tsar Alexandre à Mlle Le Normand, lequel lui a à son tour présenté le prince Volkonsky etc etc… Elle a côtoyé les plus grandes têtes couronnées. Ce qui est amusant, du moins à mes yeux, dans la vie de Mlle Le Normand est qu’elle voulait être reconnue en tant qu’écrivain, dramaturge. Elle a écrit de nombreux ouvrages quasi introuvables de nos jours. Elle a fondé un journal qui s’est révélé être un abîme financier épouvantable. Et c’est pour un jeu de cartes, qui n’est même pas d’elle, qu’on la connait surtout aujourd’hui.

Melle Le Normand : voyante sous la révolution

Mlle Le Normand, Voyante Sous La Révolution

Marie-Anne Adélaïde Le Normand mena une vie digne des plus grandes héroïnes de roman. Orpheline très jeune, elle découvre à Paris l’étude des nombres de Pythagore, la Kabbale et les Tarots, mais surtout la nécromancie qui, toute sa vie, restera sa mancie préférée.

Devenue cartomancienne, elle invente un nouvel outil de divination. Installée à Londres, elle devient la coqueluche des émigrés français et des grands aristocrates anglais. De retour en France malgré le climat houleux de l’après 1789, elle poursuit ses voyances auprès des puissants du moment tels que Camille Desmoulins, Robespierre, Barras et même un certain Bonaparte à qui elle prédit les plus grands honneurs… et qui ne la croit pas.

Arrêtée, incarcérée et libérée à plusieurs reprises, elle continue de rencontrer des personnages illustres comme le tsar Alexandre et surtout Joséphine de Beauharnais dont elle deviendra la confidente attitrée puis l’amie précieuse. Femme rebelle, intelligente, on la savait puissante.

Ghislaine Riccio fait revivre la vie étonnante et réelle de celle qui laissa son nom à un jeu de Tarots couramment utilisé de nos jours : le Petit Lenormand.

Melle Le Normand, voyante sous la révolution

Ghislaine Riccio
Editions JOURDAN // ISBN : 978-2-87466-691-9 // Date de parution : 16/09/2021

Publié par
David Mocq

Voyant sérieux et réputé, sa grande notoriété résulte de la qualité et fréquence de ses succès. Vous pouvez le solliciter afin de bénéficier d'une consultation de voyance haute qualité par téléphone et visioconférence.

DAVID MOCQ : voyant médium sérieux réputé