Voyance, démêler le vrai du faux concernant les voyants

Voyance, démêler le vrai du faux

Les croyances sur la voyance sont assez nombreuses. Certaines s’entendent plus souvent que d’autres, et cela de manière récurrente. Le traitement de certaines idées reçues n’est pas exhaustif, car il m’a semblé préférable d’opter pour une approche synthétique afin de simplifier votre compréhension de sujets -en réalité- complexes.

Une consultation est un acte d'amour

A mon sens, un acte d’amour implique une certaine gratuité, or ce n’est pas le cas d’une prestation auprès d’un professionnel. Dans ces conditions, comment une consultation peut-elle relever de l’amour ?... Un praticien peut faire preuve de compassion, de compréhension, de sympathie et d’écoute envers son client bien évidemment, mais est-ce suffisant pour apparenter une consultation à un acte d’amour ?... J’en doute.

Lorsque je traite des dossiers d’affaires par exemple, je n’éprouve strictement rien si ce n’est la nécessité de tendre à la plus grande fiabilité possible. Lors d’une analyse relative au trading, seule la qualité de celle-ci trouve grâce à mes yeux. Que ce soit pour les affaires ou les analyses boursières, je « fonctionne » comme une machine totalement dénuée d’amour. En revanche, l’acte d’amour me semble bien présent lorsque j’interviens (toujours gratuitement) dans des cas de disparitions d’enfants... En de telles situations, je donne le maximum de moi-même et n’attends absolument rien en retour.

La première consultation est toujours la meilleure

A de nombreuses reprises, il m’est arrivé d’entendre dire de la part de certains clients fraîchement rencontrés que la première consultation de voyance était toujours la meilleure. Apparemment, ils avaient entendu cela auprès d’autres professionnels... Si cela peut être vrai pour eux, il n’est pas souhaitable d’en faire une généralité.

Me concernant, je « vois » mieux avec certains clients que d’autres, mieux certains jours que d’autres, mieux certaines consultations que d’autres avec la même personne et cela sans corrélation particulière avec un premier entretien.

Les voyants ne voient pas pour eux-mêmes

Les meilleures perceptions s’obtiennent dans le cadre du respect de certaines règles, notamment celle visant à maintenir une certaine neutralité émotionnelle, ce qui est extrêmement difficile à obtenir lorsqu’il s’agit de soi. Dire que tous les voyants ne perçoivent pas -du tout- ce qui est susceptible de les concerner directement est totalement faux. En revanche, ce n’est ni évident ni constant. La plupart du temps, les voyants «passent à côté» de ce qui les concerne, mais ce n’est pas toujours le cas.

Les vrais voyants ne font pas payer

Nous avons ici, la plus enraciné des idées reçues. J’avoue ne pas en connaître l’origine, mais une chose est certaine : il s’agit là d’une incommensurable idiotie_

Bien qu’un praticien amateur soit en mesure ne pas monnayer ses services, il en est tout autrement d’un professionnel. Celui-ci faisant profession de la voyance, se trouve -de fait- dans l’obligation d’être rémunéré sous forme d’honoraires. Les « bons » voyants amateurs ne se professionnalisant jamais n’existent pas à ma connaissance. Je ne crois pas qu’un voyant talentueux, qui plus est amateur, puisse rester éternellement caché. Si un voyant est « bon », cela se sait (même si cela peut prendre du temps). S’il est amateur, il croulera bientôt sous les demandes de clients et sera bien incapable de gérer une telle situation sans songer sérieusement à se professionnaliser. Le choix de ne pas en faire un métier n’est pas chose aisée lorsque la demande est forte, vous en conviendrez...

Un voyant perd son don s’il en fait un mauvais usage

Définir précisément ce qu’est un «mauvais usage» n’est pas une chose aisée. Que veut-on dire en fait ?… De même, qu’est-ce qu’en faire «bon usage» ?… Je ne suis pas sûr que l’on soit véritablement en mesure d’établir des caractéristiques objectives, celles-ci ne peuvent donc être que suffisamment vagues pour laisser place aux interprétations les plus variées. Cette idée reçue n’a donc -à mes yeux- que peu de sens.

Les véritables voyants ont une mission

Penser être missionné, relève me semble-t-il d’une pathologie au sens psychiatrique du terme. C’est un élément pathogène immédiatement relevé par un professionnel des soins mentaux, qu’il soit psychologue ou psychiatre. Vous ne le saviez pas ? Maintenant, c’est fait. Mettons cela de côté un instant et réfléchissions… Une infirmière, un médecin ou un chirurgien ont bien pour mission d’aider les autres, en ce sens que leurs pratiques définissent par nature des activités consistant à soigner. C’est en effet une mission, car il s’agit de tâches à accomplir et ces dernières définissent une profession, une vocation. Toutefois, au sens divin du terme, rien ne laisse à penser qu’ils soient investis d’une mission. Jusqu’à preuve du contraire, ce n’est pas le cas. Dans un tout autre registre, les avocats ont également pour mission d’apporter aides, soutiens et conseils à leurs clients, mais il n’en demeure pas moins que la brève réflexion avancée pour le corps médical s’applique également ici. Pourquoi en serait-il autrement des véritables voyants ? Sauf à supposer un lien privilégié avec le divin, l’idée d’une mission ne tient pas.

Les questions relatives aux voyants sont monnaie courante de nos jours. Il m’a paru important de démêler le vrai du faux afin de clarifier les esprits. Quatre questions, quatre réponses qui -je l’espère- vous aideront à y voir plus clair et vous permettront de ne plus vous laisser abuser par un courant de désinformation beaucoup trop présent sur Internet.

Les voyants utilisent des supports

Vrai et faux : certains voyants authentiques s’aident de supports lors de leurs consultations de voyance par téléphone ou sur place, car ceux-ci les inspirent et sont susceptibles de stimuler leurs perceptions. Cela dit, ils sont à même de totalement s’en passer, car ce ne sont que des accessoires. A l'instar de Mademoiselle Le Normand (voyante sous la Révolution et l'Empire), le choix de l’art divinatoire est propre à chacun (tarots et cartes sont parmi les plus usités) Toutefois, l’utilisation des mancies est rare chez les vrais voyants, leurs utilisations reste exceptionnelles, car elles sont susceptibles d’induire en erreur de par les hallucinations et perturbations qu’elles sont susceptibles de provoquer. En conséquence, les supports divinatoires sont -dans l’absolu- définitivement inutiles pour les vrais voyants.

Les voyants sont très intuitifs

Vrai et faux : l’immense majorité des vrais voyants sont intuitifs, mais cela n’est pas une règle universelle. Quelque uns d’entre-eux ne le sont pas vraiment voire pas du tout, ce qui ne les empêchent pas de « voir » En effet, l’intuition et la voyance sont deux choses différentes. Telle est d’ailleurs -en partie- la raison pour laquelle de nombreuses personnes s’imaginent, de bonne foi, faire l’objet de manifestations de voyance alors qu’ils sont « simplement » intuitifs. L’intuition est une bonne chose bien entendu, car elle permet d’obtenir des informations en dehors des cinq sens habituels, mais elle ne relève pas de la voyance.

Voyants = Tarologues

Faux : les voyants n’ont strictement rien à voir avec les tarologues. Les voyants authentiques pratiquent la voyance et les tarologues dignent de ce nom (pour lesquels j’ai beaucoup de respect) pratiquent la tarologie. Point ! Il ne s’agit pas de purisme (comme se plaisent souvent à le dire les faux voyants), mais bien d’une réalité. Un tarologue, un vrai, n’est pas à assimiler avec un voyant ayant de sommaires connaissances en tarologie et utilisant les tarots comme un moyen de stimuler ses perceptions (pour un véritable voyant) ou d’un moyen exclusif de prédictions (pour un faux voyant) L’amalgame est souvent présent et fait en toute bonne foi pour certains, de mauvaise foi pour de trop nombreuses autres personnes, quasi systématiquement des tarologues peu fiers de l’être apparemment (ils ont pourtant de quoi l’être !) et préférant se faire passer pour des voyants... Les vrais tarologues ne s'embarrassent pas avec la voyance (ils n’en ont pas besoin) et les voyants ne s'embarrassent pas avec la tarologie (ils n’en ont pas besoin non plus)

Les voyants sérieux ne voient pas toujours

Vrai : sérieux ou non, cela n’a que peu d’importance tant il est vrai que les véritables voyants sont susceptibles de ne rien percevoir lors de certaines consultations ou avec certains clients et cela est plus récurrent qu’on ne le pense... Donc oui, les voyants ne voient pas toujours, les perceptions extrasensorielles ne sont pas systématiques et ils n’en sont pas -dans la plupart des situations- responsables... Les voyants authentiques et sérieux vous proposeront de reporter votre consultation, les autres non.

Sign
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!