Voyance pour les Affaires, des prestations crédibles

Voyance pour les Affaires, de sérieuses prestations

La voyance en tant qu’outil décisionnel des entreprises de toutes tailles

75% de mes prestations de voyance sont liées aux Affaires. Je l’ai dit sur Twitter, sur Facebook et l’on s’est bien douté d’un quota important lors de mon passage TV sur France2 pour l’émission « Envoyé Spécial ». Cela à été également dit dans le cadre d’interviews à la radio ou dans la presse.

Les entreprises concernées vont du commerce de proximité à la multinationale en passant par les libéraux et indépendants. Les dirigeants ou responsables me consultent systématiquement dans un but précis et les demandes ne sont jamais vaguement formulées, mais au contraire clairement établies et exposées dès le début d’un entretien voire dès la prise de rendez-vous. Les consultations d’Affaires sont très différentes de celles proposées pour les particuliers et cela de par l’approche et le modus operandi inhérent à ce type de prestations. Les honoraires sont quant à eux également différents étant donné l’expertise que nécessite ce type d’entretiens.

Une consultation de voyance pour les Affaires ne se résume absolument pas au simple fait de savoir si un commerce se vendra ou pas, ni de savoir à quelle période il serait préférable de vendre une affaire ou de mettre sur le marché un produit, ni même de savoir si un associé « tiendra la route » ou non. Ce type de raccourci est trop souvent présenté par les médias, à tors. Il est à remarquer que ce type de présentation (qui soit dit en passant est naïve et ridicule) ne découle que du fait que les praticiens prétendants appliquer la voyance aux Affaires l’expose ainsi…

Ce qui, pour moi qui « vis » les choses de l’intérieur, met en évidence une triste réalité : ceux qui prétendent exercer leurs talents pour le business sont dans le délire le plus triste qui soit (ou le plus délicieux, c’est selon)… Soit ils mentent tout simplement, soit ils « croient » sincèrement qu’un petit « oui, il faut vendre » ou « non, il ne faut pas » relève d’une consultation pour les Affaires. Dans tous les cas, il ne savent pas de quoi il est réellement question et ne sont absolument pas conscients des véritables  enjeux…
Une erreur de choix, une mauvaise décision ou une analyse décalée d’une situation stratégique peut coûter des millions voire des milliards à un chef d’entreprise ou à un responsable décisionnaire. Un entrepreneur n’a nul besoin d’un simple «oui ou non», mais d’une analyse plus instructive d’une situation évidemment.

J’ai déjà entendu dire, notamment à la télévision, que des chefs d’entreprises prenaient des décisions en consultant des voyants (sous-entendu exclusivement)… Cette affirmation relayée par certains journalistes et provenant vraisemblablement de certains voyants eux-mêmes est -à mes yeux- totalement fausse. Cela relève du délire le plus abouti ! Cette simple affirmation prouve -de fait- que les auteurs ne connaissent indéniablement pas le monde des Affaires et ce qui est réellement susceptible d’amener un dirigeant à consulter un voyant compétent en la matière. En effet, ma longue et propre expérience dans ce domaine m’a montré -sans équivoque- que les dirigeants me consultent pour leurs business en tant que conseiller spécial ou expert et qu’en tant que tel, les informations et analyses découlant de ma (mes) prestation(s) les aident à réfléchir, à gagner du temps et de la liberté d’esprit. Les décisions ne découlent nullement de façon exclusive de mes prestations, mais s’inscrivent dans un processus particulier qui, souvent si ce n’est toujours, fait intervenir (en début, en cours ou fin de process)  d’autres conseillers plus conventionnels.

Pour ce qui relève du trading (pour ceux qui ne connaissent pas ce terme, il s’agit des placements sur les marchés financiers ), il y aurait beaucoup à dire et cela fera probablement l’objet d’un prochain article…

La voyance au service des besoins de recrutement des entreprises

Quelle est la valeur ajoutée des perceptions extra-sensorielles, plus précisemment de la voyance en matière de recrutement des cadres pour les entreprises et qu’en est-il de sa crédibilité dans ce contexte bien particulier ? Etant souvent sollicité pour ce type de prestation et ayant -de fait- une certaine expérience de l’exercice, il m’est possible de répondre clairement à cette interrogation. Le traitement de celle-ci sera simple : une récente demande d’un de mes clients suivie de mes éclaircissements.

« David,
(…) certains auteurs écrivent des choses qui brouillent un peu les choses. Chez (…) nous avons actuellement un vrai problème de maintient en place des cadres de haut niveau que l’on vient de recruter, effectivement la pression est forte, il faut faire abstraction de beaucoup de chose pour tenir. Lors d’une réunion un peu stratégique sur le sujet, j’ai mis en avant, que les cabinets de recrutement faisaient du bon boulot, mais que finalement ce n’était pas suffisant et qu’il fallait peut être compléter les avis des recruteurs par un avis extérieur neutre que pourrait être l’avis d’un « voyant » comme le fait le groupe LVMH…
Bien entendu, la DRH ne m’a pas suivi et avec l’aide d’un de ses collaborateurs m’a renvoyé le message suivant :
Selon Djohar Si Ahmed psychanalyste « comment penser le paranormal » et spécialiste de la télépathie, et des phénomènes PSI, elle estime que la voyance n’est pas crédible en permanence.
Dans son propos elle indique que faire profession de voyance présupposerait une possibilité de maitriser une capacité psi qui est pour souvent très aléatoire. Cette faculté pour les vrais voyants, est assujettie à tout un ensemble de données : capacités réelles du voyant, circonstance, personnalité et attentes du consultant.
A la question que voit le voyant ? Souvent à partir d’un ressenti de la personne de l’autre, éprouvé qui peut être affectif mais aussi sensoriel, au-delà de toute appréhension, des images mentales, des mots, des représentations diverses s’imposent à l’esprit du voyant sous une forme visionnaire ou hallucinatoire, grâce à sa capacité à percevoir des éléments de l’histoire du consultant.
De quoi est donc fait dans la réalité d’une consultation le discours du voyant ?
Ce discours est tissé de quatre composantes bien distinctes et différemment dosées :

Ø Une verbalisation d’éléments méta communicatifs à l’insu des clients, c’est ce que voient les mentalistes, à savoir expression, gestuelle, micro mouvement du visage…
Ø Une verbalisation d’éléments télépathiquement perçus, le désir conscient ou inconscient du consultant sur lequel le voyant basera sa prémonition …le danger c’est la dépendance du consultant vis-à-vis du voyant, car la prémonition a de grande chance de ne jamais se réaliser, ou au contraire de s’auto-réaliser
Ø D’authentiques prémonitions mais elles sont beaucoup moins fréquente chez un voyant que la perception télépathique. Les vraies prémonitions sont rares mais elles existent.
Ø Des fabulations composante souvent rencontrée : tissage d’éléments méta communicatifs, et surtout de massives projections sur la personne du consultant. Le voyant doit parler, il faut donc qu’il raconte une histoire…

Avec ces 4 éléments le voyant même sympathique, tient son client, lui sait et il a besoin de reconnaissance c’est pourquoi on vient le voir. Dans la plupart du temps le client connait déjà à l’avance le résultat de  la consultation, il vient juste chercher une confirmation.

En ce qui me concerne je ne pense pas cela (…)
Merci pour votre avis, si je peux contrer la drh cela me ferait bien plaisir. »

En réponse :

Aussi surprenant que cela puisse paraître, je ne rejette pas totalement ce qu’avance Djohar Si Ahmed. Toutefois, cela ne remet absolument pas en cause l’efficacité de la voyance dès lors que les prestations sont basées sur d’authentiques perceptions tout en évitant les écueils évoqués par la psychanalyste. C’est en cela que tous les voyants ne se valent pas et qu’il est nécessaire de bien choisir un professionnel, que ce soit au sujet de votre vie personnelle ou de ce qui relève des Affaires.

Personnellement, je n’ai nul besoin d’une quelconque reconnaissance, et cela, depuis très longtemps et mes clients ne connaissent absolument pas à l’avance le résultat d’une consultation ou prestation d’Affaires. Ils sont susceptibles -parfois- de rechercher une confirmation, mais me consultent quasi systématiquement dans le but d’obtenir des informations fiables et judicieuses permettant de comprendre des situations, de les anticiper et d’alimenter un raisonnement à caractère décisionnel. Le travail récurrent réalisé pour les cabinets de recrutements et les entreprises semblent attester de l’efficacité de mes analyses, sans quoi l’ont ne me consulterai plus depuis longtemps…

Le travail des cabinets de recrutement n’a rien de scientifique et n’est pas crédible en permanence, les prestations ne reposent pas sur une science exacte, mais cela n’empêche pas les entreprises de les solliciter. Il en est de même de la fonction de DRH. Nier cette évidence relèverait de la mauvaise foi.

Rationaliser le process de recrutement pour les cadres de haut niveau est essentiel, l’optimiser l’est tout autant. Telle est la raison pour laquelle l’on sollicite régulièrement mes services. Votre DRH semble dubitative sur l’intérêt et la crédibilité de l’intervention d’un voyant dans le process de recrutement et cela peut tout à fait se comprendre, mais il convient de faire la part des choses entre ce qui relève de ses convictions personnelles, ses peurs, ses émotions (de manière générale de ce qui découle de sa psychologie) et de ce qui relève de l’intérêt de l’entreprise ou du groupe.

Copier-coller un passage de livre n’est pas très rationnel, d’autant plus si cela ne sert qu’à étayer une conviction personnelle. Loin de moi l’idée de remettre en question certaines connaissances de Djohar Si Ahmed sur les phénomènes P.S.I., mais votre DRH doit avoir connaissance d’une information importante qui semble lui avoir échappé : la psychanalyse n’est absolument pas une science exacte et semble décriée depuis quelques années. En conséquence, une littérature sur la voyance écrite par un auteur psychanalyste ne peut -dans l’absolu- faire autorité. Que l’on se comprenne bien, je ne remets pas en cause les connaissances et le professionnalisme de l’auteur. De par ce copier-coller, je réfute simplement le caractère supposé rationnel de la démarche de votre DRH.

Des entreprises et grands groupes me sollicitent régulièrement , que ce soit pour les Affaires ou précisément les recrutements. Ils y trouvent forcément un intérêt, croyez-le bien. Que votre DRH le concède ou non, cela ne change rien aux faits. Le crédit apporté à mes prestations est d’autant plus évident que mes honoraires sont conséquents. En effet, une prestation de soutien décisionnelle concernant le recrutement d’un cadre de haut niveau n’entre pas dans le cadre d’une consultation d’Affaires « de base » et fait l’objet d’une facturation particulière.

Pour une entreprise, un recrutement raté (surtout pour un cadre) s’avère extrêmement coûteux. Éviter cela, peu importe les moyens employés, est évidemment souhaitable. La voyance est un élément, un chaînon dans le process, dont certains groupes n’envisagent plus de se passer… La confidentialité étant une valeur à laquelle je suis fortement attaché, je ne peux dévoiler les identités de mes clients. Libre à eux d’en parler ouvertement s’ils le souhaitent (ce dont je doute), pour ma part je ne franchirai jamais ce cap : professionnalisme oblige…

Sign

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!