Télépathie, voyance et empathie lors d'une consultation

Télépathie, voyance et empathie

« Comment être certain, après une consultation de voyance, que l’extrême sensibilité, l’empathie également du voyant ne l’aient pas conduit à « voir » au travers du consultant, à capter ses ressentis, ses désirs profonds… En d’autres termes, est-il possible que des phénomènes de télépathie s’installent parfois, ou souvent, entre ces deux personnes, et que certaines perceptions du voyant reflètent ces divers états d’âme ? » 

C’est précisément en ces termes que la question m’a été intelligemment posée par une de mes clientes. Les éléments de réponses à cette interrogation sont complexes et ne peuvent être évidemment traités en profondeur dans le cadre d’un article, en quelques paragraphes. Cependant, vous trouverez ci-après quelques éléments de réponses découlant essentiellement des analyses, constatations et conclusions qui résultent de ma propre pratique, mais également des témoignages rapportés par des clients et afférents à l’exercice d’autres confrères.

Voyance, télépathie, imagination et intuition

Me concernant, les informations perçues lors d’un entretien sont, dans l’immense majorité des cas, identifiées comme relevant de la voyance, de l’intuition ou de la télépathie. Les « délires » imaginaires sont quant à eux, fort heureusement, systématiquement isolés. Le fait d’être en mesure de compartimenter les différentes informations permet d’éviter nombre d’erreurs. Concernant mes confrères, j’ignore si ceux-ci sont à même de faire aussi clairement ces distinctions. Je suppose que oui tout de même, quitte à ce que cela ne soit pas aussi « tranché » Sur le fond, le problème n’est ni la télépathie ni l’intuition, mais le fait que des erreurs puissent être engendrées par la confusion des genres. Seuls les praticiens sont en mesure, ou pas, de faire un « tri » dans leurs perceptions extra-sensorielles.

En tant que client(e), il vous est strictement impossible d’effectuer ce travail évidemment. Vous ne pouvez donc vous assurer, ni même vous faire une petite idée, de quoi que ce soit à ce sujet. Telle est la (triste ?) réalité. Le reste ne relève -bien souvent- que  de préjugés ou de croyances.

Extrasensorialité et sympathie

La sympathie (ne pas confondre avec l’empathie) que peut éprouver un praticien envers son client ou sa cliente n’est pas un problème en soi dès lors que cela ne nuit pas à la qualité des perceptions. En fait, c’est quasi systématiquement une excellente chose étant donné qu’elle stimule le pratiquant et lui donne envie «de voir». Cela dit, cela peut s’avérer délicat dans certaines situations en dénaturant éventuellement la neutralité des informations. Il revient donc au praticien de faire preuve d’expérience et de professionnalisme en restant extrêmement attentif à la survenue d’informations relevant réellement de la voyance et non de ce qui s’en éloigne. Bien que la sympathie, pour le voyant, ne soit pas une condition indispensable pour « voir », elle n’en demeure pas moins un élément catalyseur important. En tant que client(e), vous ne pouvez contrôler ce type de rapport, sauf à vous rendre volontairement désagréable ou de faire la momie (ne pas bouger, ne pas dire un mot voire tenter de ne plus respirer)

Extrasensorialité et empathie

L’empathie est, quant à elle, un élément qui tend systématiquement à puissamment se manifester et dont le praticien doit se méfier comme de la peste, car cette capacité nuit naturellement, en raison de ce qu’elle est susceptible d’engendrer (transferts et projections, entre autres), à sa neutralité psychique qui est une condition indispensable au déroulement d’un entretien idéal.

Co-influences et conséquences

Ces réflexions, visant à répondre à la question posée, semblent inexorablement laisser apparaître une conclusion d’une simplicité déconcertante : de nombreux facteurs interagissent et s’articulent les uns autour des autres lors d’une consultation, ne laissant ainsi que peu de latitude d’action au consultant. Pour lui, ces éléments sont totalement incontrôlables et il ne peut malheureusement « être certain de » Il appartient donc au voyant, à la voyante, de faire preuve de professionnalisme et d’oeuvrer au mieux pour être « efficace » Toutefois, il est bon de se rappeler que nul n’est parfait ou infaillible.

Sign

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!