Les meilleurs voyants de France, qui sont-ils vraiment ?

Les meilleurs voyants de France, qui sont-ils en vérité ?

Il est normal de souhaiter vous adresser aux meilleurs voyants de France et de Navarre et en particulier à celui que vous choisirez (ou que vous avez déjà choisi) pour votre (ou vos) consultation(s) En effet, il est légitime de chercher à consulter un très bon voyant  plutôt qu’un médiocre praticien…

Il n’est pas facile de qualifier certains voyants de « meilleurs » et cela, de par l’essence même de la voyance, qui –je le dis et l’écris depuis toujours- n’est ni une méthode ni une pratique pouvant s’apprendre, mais un phénomène à part entière.

Dans cet article, je fais allusion aux vrais voyants proposant de la voyance de qualité bien entendu, que ce soit par téléphone ou dans l’enceinte d’un cabinet de voyance, non aux commerçants n’ayant pas particulièrement de dispositions pour les P.E.S. (Perceptions Extra Sensorielles) et faisant simplement « du fric » avec de la pseudo voyance audiotel, par mail, par sms ou aux praticiens des arts divinatoires (tarologues, cartomanciens, etc.) qui se disent –pour certains d’entre eux- voyants, à tors.

La voyance est un phénomène TRÈS particulier. De par ses caractéristiques, sa « production » est inconstante. Sachant cela, il est facile d’admettre que la quantité d’informations perçues par un voyant puisse faire l’objet de variations plus ou moins prononcées d’une consultation à l’autre, voire d’un moment à l’autre au cours d’un entretien.  Quant à la qualité des perceptions, j’y reviendrai probablement dans le cadre d’un article ultérieur afin d’éviter de compliquer mes propos.

Qui est le meilleur voyant ?

En France, comme ailleurs, sur quel principe de séléction peut-on se référer pour distinguer un voyant d’un autre, pour émettre un jugement, une estimation et affirmer ainsi qu’un vrai voyant est meilleur qu’un autre ?… Ce n’est pas un guide de la voyance prétendant proposer une sélection des meilleurs voyants qui le dira ! Les critères d’identification et de classification devraient être mesurables, une approche statistique serait évidemment idéale pour cela. Toutefois, il serait difficile de la même en œuvre. En effet, cela supposerait de collecter des listes de résultats obtenus par chaque praticien et de les confronter les uns avec les autres. L’approche qui –à mes yeux- serait la plus sérieuse s’avérerait donc difficile à appliquer en réalité. En dehors de critères qualitatifs mesurables –donc totalement objectifs- il ne reste pas grand-chose finalement, si ce n’est… votre propre avis, éventuellement forgé par la lecture de témoignages d’autres personnes ou de récits de journalistes.

En revanche, en dehors du cercle -forcément restreint- des voyants authentiques, les meilleurs « voyants » sont ceux étant… tout simplement… voyants ! Puisse cette subtile évidence alimenter votre réflexion.

« Des voyants ?… Il y en a tellement qu’on ne sait pas lequel choisir ! » J’ai quelquefois entendu cette affirmation et celle-ci a retenu toute mon attention tant il est vrai qu’il est toujours extrêmement délicat de faire un choix lorsque l’on ne dispose pas de tous les éléments nécessaires (connaissances) pour cela. Ce qui est intéressant dans cette « affaire » est l’idée de profusion…

Quels sont les meilleurs voyants ?

Par milliers

Si par « voyants » l’on entend tous les praticiens des arts divinatoires, alors… dans ce cas, oui, ils pullulent ! Ils sont absolument partout : dans des « sociétés de voyance », des « salons de voyance », des « soirées » dédiées ou bien encore dans des cabinets de consultations et n’hésitent pas à « s’afficher » dans des publicités à la télévision, dans la presse ou sur le web… Il est dorénavant quasiment impossible d’y échapper. Oui, mais…

Par centaines

Vous devez absolument comprendre et assimiler un élément essentiel : « voyant » n’est pas une fonction, un métier ou un qualificatif « fourre-tout »

Une fois cette compréhension acquise, il vous paraîtra évident que les « voyants » ne sont plus que quelques centaines. Exit donc les tarologues, cartomanciens, praticiens de toutes les mancies possibles et imaginables et les astrologues (prenez bien soin de ne pas amalgamer les astrologues avec les praticiens des arts divinatoires) Oui, mais…

Par dizaines

Votre grand-mère était extrêmement intuitive ? Votre grand-père faisait des rêves prémonitoires ? Votre tante, bien que non schizophrène, disait entendre des voix ? Nombreuses sont les personnes (très nombreuses !) rapportant ce type de témoignages et parmi celles vivant ces expériences, un certain nombre s’installent (professionnellement ou non) en tant que « voyant » ou « voyante » Que cela s’accompagne d’un apprentissage d’une mancie ou simplement en faisant preuve d’un certain sens intuitif (souvent les deux à la fois), ils se désignent eux-mêmes comme étant (à tors !) des « voyants »

De rares voyants authentiques

Les vrais, les meilleurs voyants (et médiums) n’ont rien en commun avec tout cela et une fois que l’on évince les mythomanes et les schizophrènes, il ne reste plus guère que les praticiens des arts divinatoires et les astrologues comme authentiques praticiens (exerçant avec plus ou moins de talent) même si… ils ne sont pas voyants. En effet, la voyance est un phénomène très particulier. Je ne sais s’il faut la qualifier de sixième sens, mais je sais assurément ce qu’elle n’est pas.

Les meilleurs voyants de France (et ailleurs) sont -de fait- rares et ne peuvent absolument pas être « casés » dans un quelconque classement érigé par une entité n’y connaissant -obligatoirement- rien. Un tel classement discrédite la source même de celui-ci (qui se dit -curieusement- souvent une référence en la matière) Les grands voyants le resteront tout au long de leur vie, tant qu’ils resteront ce qu’ils sont. Au-delà de ce fondement, seul le marketing demeure.

Un guide officiel des meilleurs voyants en France, Europe et du monde ?

« … élu(e) meilleur(e) voyant(e) parmi les meilleurs voyants de France et d’Europe suite au vote par internet de milliers de personnes » : lire cela « arrache » les cristallins n’est-ce pas ?… Tel est le type d’annotation apposée sur les sites Internet de certains praticiens. Il ne s’agit pas de juger ces derniers, mais de dire simplement que la valeur réelle de cela est inexistante.

Vous devez, je pense, avoir assimilé à ce stade de lecture certaines notions en mesure de vous aider à véritablement comprendre ce qu’il convient de penser des guides sur les voyants et du crédit à y accorder. Toutefois, il convient de souligner que certains auteurs de ces sélections totalement factices usent et abusent de l’ambiguïté du sens donné au terme « officiel » tant mis en exergue… Il faut bien comprendre, et définitivement graver cela dans votre esprit, qu’il n’existe AUCUNE sélection officielle des meilleurs voyants, AUCUN guide officiel, rien, niet, nada ! En ce sens, que rien n’est reconnu, par aucune autorité, et cela pour une raison simple : une telle entité n’existe pas ! Ceux qui vous diront le contraire mentent ou ont un Q.I. si bas qu’ils mériteraient d’être placés en observation.

Personnellement, j’ai refusé d’apporter du crédit à une mascarade internationale : un guide se disant officiel et autoédité par une fédération américaine située à New York. Ce guide m’a fait une jolie proposition que je me suis -évidemment- empressé de rejeter ! Il était hors de question que mon nom figure dans ce livre, même avec un classement couronné et des diamants ! En premier lieu, le fait que ce guide soit présenté comme officiel et que celui-ci ai comme source une énigmatique « fédération américaine des meilleurs voyants » En second lieu, cette « histoire » de votes de milliers de clients par Internet étant totalement invérifiable… En clair, ce n’est pas crédible. À ce niveau, l’on ne frôle pas le ridicule, ça l’est, très clairement.

« David Mocq, élu le meilleur voyant de France et d’Europe suite au vote par internet de milliers de personnes. Cette élection a été organisée depuis New York par la plus importante revue de voyance aux États-Unis et par la Fédération américaine des voyants. » : ça en « jette » n’est-ce pas ? Sauf que vous ne lirez pas cela sur davidmocq.com étant entendu que le crédit à y accorder est nul. Pourquoi « nul » ? Très simplement, pour le non-sens de l’approche d’un tel guide et de la méthodologie employée.

Sign

Note : cet article a fait couler -vraiment- beaucoup d’encre. Mon adhésion à l’INAD résulte des conséquences de sa rédaction.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!