Pourquoi consulter un voyant (un vrai, talentueux)

Pourquoi consulter un voyant

La clientèle d’un vrai voyant, même si elle est très diversifiée, reste toujours composée d’une dominante de clients qui souhaitent être honnêtement informés d’éventuels passages délicats au cours de leur vie. La voyance permet d’anticiper l’avenir, cette faculté donne le moyen d’être tel un éclaireur dans la nuit totale qu’est le futur d’un individu. Un peu comme si le praticien tenait une torche et pouvait distinguer dans ce noir intégral, des choses que l’on serait incapable d’imaginer, qu’il serait impossible de concevoir sans l’appui de cet intermédiaire. Le véritable voyant est semblable à un canal d’informations percevant des images, il tient cette torche offrant la possibilité de voir cet avenir avant que ne surviennent les événements. De par cette connaissance, le client ne navigue plus aveuglément et se place en position de se préparer et gérer avantageusement la situation le moment venu.

La voyance ne peut être utile qu’aux personnes qui agissent de manière responsable, celles qui tiennent bien fermement les rênes de leur vie et n’attendent pas que d’autres les prennent par la main pour avancer ; ni ne se laissent « vivoter » tels des oisillons dans le nid familial, attendant que la société providence leur apporte tout sur un plateau d’argent.

Prenons par exemple Monsieur X. que je surnommerais ici Max. ; ce client prend un rendez-vous chez un praticien et celui-ci le voit désireux de créer une société…

A ses côtés, il voit un homme qu’il sent douteux, très peu fiable ; il perçoit également que Max. a l’intention de s’associer avec cet homme pour créer son entreprise.

Le voyant décrit à Max. toutes les visions qu’il peut saisir concernant cet homme et sur lequel l’on ne peut compter sérieusement. En ce sens, le voyant prévient Max. du risque encouru à s’engager dans cette voie.

Ainsi , Max. prend ses dispositions. Le rôle du praticien est d’avertir ce client grâce à ses flashes de voyance ; ensuite, libre à ce dernier de faire toutes les vérifications nécessaires.

Dans ce genre d’entretien, le voyant permet d’être un signal d’alarme pour la personne qui vient consulter.

J’ai souvenir d’un client que je prénommerais Luc et pour lequel j’avais vu une relation affective avec une jeune femme blonde, mince, qui s’appelait Hélène, portant des lunettes et ayant les cheveux longs.

Cette jeune dame, je l’ai perçue encore attachée à un autre homme que mon client ; si l’autre homme avait fait ne serait-ce qu’un geste pour qu’elle revienne vers lui, elle aurait accouru immédiatement.

Ici, mon obligation envers mon client était de le prévenir qu’il n’y avait rien à attendre de concret de cette rencontre.

Après, Luc agit comme il l’entend ; mais ici encore, la sonnette d’alarme a été tirée.

Le voyant n’est pas là pour jouer les moralisateurs, son influence (si elle en est une) ne tient que par le fait que le praticien a, pour ainsi dire, une « longueur d’avance » sur son client.

Parfois deux voies s’ouvrent dans la destinée d’un individu et suivant la trajectoire qu’il aura choisie, les résultats pourront être à l’opposé l’un de l’autre ou encore, se rejoindre finalement même si, les événements intermédiaires auront été complètement différents suivant la voie empruntée.

J’avais prévenu ma cliente, que j’appelle ici Mademoiselle O., que ce jeune homme n’était pas l’homme de sa vie, qu’il suffisait qu’elle patiente encore un peu et qu’elle allait enfin rencontrer l’homme qui la rendrait vraiment heureuse, je lui avais dit que si elle persistait à tout faire pour que X ; revienne, cela ne pourrait être que temporaire et qu’elle finirait par passer à côté de son « prince charmant ».

Mademoiselle O. a préféré persévérer et tout faire pour que X. lui revienne, ce jeune homme avait déjà une autre conquête à son actif depuis leur séparation. A force d’insister, Mademoiselle O. est parvenue à le faire revenir à elle, une fois, puis deux, alors que ce Monsieur avait déjà une nouvelle relation affective. Mais passés ces brefs moments à essayer de revivre vainement leur passé amoureux commun, il a fini par lui avouer clairement que leur histoire était désormais terminée à tout jamais.

Mademoiselle O. n’avait pas voulu croire en mes visions, elle était trop aveuglée, sans doute par ses sentiments et l’on peut aisément la comprendre ; cela fait bien longtemps que je n’ai plus eu de ses nouvelles.

Souhaitons tout de même qu’elle n’ai pas manqué son rendez-vous avec son « prince charmant. »

Le fait qu’un voyant ait la possibilité d’entrevoir le futur d’une personne, lui offre l’avantage d’aboutir directement au résultat d’une action présente connue du client ou d’un événement non encore vécu.

Les raisons amenant les individus à consulter un voyant peuvent être très diverses, mais avant tout, sortons du stéréotype de prédilection, sans cesse resservi sur les plateaux de télévision, qui tend à considérer toutes les personnes qui consultent un voyant comme des êtres cherchant à être rassurés vis-à-vis de leur avenir. Peu importe ce que l’on peut leur soumettre, le principal étant de leur annoncer des faits à venir correspondants en tout point à leurs désirs, leurs espoirs. Où se situe la voyance dans tout cela ?

Il est indéniable qu’il y ait des individus qui viennent nous rencontrer dans l’unique but d’entendre ce qu’ils souhaitent et qui, de surcroît, refusent catégoriquement toute « parole de travers », mais ces personnes préfèrent, en général, utiliser leur temps et leur argent à courir les soi-disant voyants ; tous différents de préférence et, cela l’un à la suite de l’autre, jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment dopées de chimères.

Il est évident que ce genre d’individus ne recherche pas une véritable consultation de voyance, leur état psychique est tellement fragile qu’il serait préférable pour elles de se diriger vers une médecine adéquate.

Et ce n’est pas parce que l’on traverse une période difficile à surmonter seul, que l’on est pour autant un psychotique qu’il faut enfermer d’urgence !

Il est d’autant plus imprudent, pour ces personnes, d’aller consulter maints soi-disant voyants qui risquent de les déconcerter encore davantage.

Le problème, pour ces gens, est qu’un voyant véritable ne peut même envisager une consultation avec ces derniers. Il est impensable de démarrer une consultation de voyance sérieuse face à quelqu’un qui refuse fondamentalement le concept de voyance.

Au-delà de cette catégorie d’individus, il est sûr que lorsque l’initiative de rencontrer un voyant est prise, l’intention est d’obtenir des réponses claires et honnêtes sur des sujets qui nous préoccupent.

Il est néanmoins des clients qui me rencontrent alors que leur vie n’est traversée d’aucun nuage.

Écartons d’emblée les personnes qui doivent posséder un certain vice pour souhaiter un face-à-face dans le seul désir de tester la bête curieuse qu’est supposé être le voyant.

Je suis loin d’être le seul dans ce cas et heureusement pour moi, ma clientèle n’est constituée que de personnes tout à fait saines.

Celles et ceux qui passent leur temps à courir les « Quick-Voyance-Service » s’excluent d’eux-mêmes de la clientèle des voyants sérieux, dans la mesure où l’on bloque sur ces derniers et qu’il nous est même impossible de débuter une consultation.

Il reste les clients qui n’ont aucun souci réel dans leur existence, mais qui sont motivés par l’expectative d’obtenir la confirmation ou la désapprobation sur la stabilité d’une situation présente.

Ces derniers sont en général très ouverts même si, de prime abord, ils peuvent venir sceptiques face à ce don de voyance qui paraît si irrationnel.

Sign

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!